Questions

Questions – Réponses

La méthanisation est un procédé naturel dont le déploiement en France est récent. Il est normal de s’interroger à ce sujet.

Cette page apporte les réponses à des questions fréquemment posées. Si vous avez des questions complémentaires, n’hésitez pas à en faire part au porteur du projet via le formulaire de contact accessible sur le site internet.

Le biométhane, une source d’énergie

Qu’est-ce que le biométhane ?

Le biométhane est une source d’énergie sous forme de gaz, obtenue par méthanisation.

Le biométhane est un gaz (le méthane, CH4) composé de carbone (C) et d’hydrogène (H). Il est dit « bio » car obtenu à partir de matières organiques renouvelables (méthanisation) à la différence du méthane fossile (commercialisé sous le nom de « gaz naturel ») qui circule dans nos réseaux aujourd’hui.

Quel sont les avantages du biométhane comme source d’énergie ?
Le biométhane est une énergie renouvelable, productible en continu et stockable.

Elle est dite renouvelable car produite à partir de matières organiques inépuisables tels que les effluents d’élevage. C’est aussi ce type de ressource qui lui permet d’être produite en continu tout au long de l’année. Sa forme gazeuse lui permet d’être une énergie transportable et stockable, lui permettant de répondre de manière optimale à la demande énergétique. De plus, le biométhane est une valorisation complémentaire (énergétique) à la valorisation agronomique de la matière organique agricole.

Méthanisation et agriculture

Qu’est-ce qu’une unité de méthanisation agricole collective ?

C’est une méthanisation qui appartient majoritairement à un groupe d’agriculteurs locaux.

Une unité de méthanisation agricole collective est un outil détenu majoritairement (plus de 50% du capital) par un groupe d’agriculteurs réunis pour créer et exploiter ensemble une filière locale de valorisation de la matière organique agricole et issue du territoire. Les agriculteurs apportent en outre plus de 50% des matières traitées par méthanisation.

En quoi une unité de méthanisation agricole est-elle différente d’autres unités de méthanisation ?

Le rôle principal que tiennent les agriculteurs dans une méthanisation agricole collective la différencie des autres modèles :

  • Les agriculteurs maîtrisent la gouvernance de leur filière de méthanisation
  • Les agriculteurs contrôlent les matières entrantes
  • Les agriculteurs valorisent eux-mêmes l’engrais organique issu de la méthanisation sur leurs propres surfaces cultivées
  • La méthanisation agricole collective est réalisée pour les agriculteurs et par les agriculteurs
La méthanisation est-elle synonyme d’agriculture intensive ?

Non, la méthanisation peut fonctionner sur tous types d’exploitation agricole, même les plus petits élevage.

La méthanisation peut fonctionner avec toutes les catégories d’exploitations agricoles. Les exploitations importantes (grands élevages ou grandes surfaces cultivées) pourront plus facilement créer une unité autonome individuelle ou « à la ferme » car elles disposent de volumes de matière et de surfaces adéquates.

Co’meth47 a pour parti pris d’accompagner et de créer des synergies entre des agriculteurs qui, seuls, pourraient difficilement développer une méthanisation. Il s’agit pour des exploitations agricoles locales de mettre en commun des ressources pour alimenter et créer une unité de méthanisation collective. Co’meth 47 permet ainsi à des structures qui en ont besoin de diversifier leurs revenus, tout en apportant des solutions environnementales pérennes à la gestion de la matière organique.

La méthanisation de cultures va-t-elle se faire au détriment de la production alimentaire ?

Non, par la loi, 85% au moins du tonnage méthanisé est composé de ressources qui ne sont pas en compétition avec l’alimentation.

Les cultures (oléagineuses, céréales, etc.) ont un potentiel méthanogène (capacité à produire du biométhane) plus important que les effluents d’élevage par exemple. Leur méthanisation peut être utile à l’équilibre économique d’un projet. Toutefois, les cultures principales (cultures dédiées à la production d’énergie) sont limitées en tonnage par la loi (décret n° 2016-929 publié le 7 juillet 2016) à 15% des intrants. 85% au moins du tonnage entrant dans un méthaniseur doit donc être composé de ressources qui ne sont pas en compétition avec l’alimentation.

De plus l’engrais organique produit par la méthanisation contribue à une agriculture plus performante dans sa fonction de production alimentaire : moins consommatrice d’engrais de synthèse et moins émettrice de gaz à effet de serre.

Le saviez-vous ? Les cultures ont depuis longtemps contribué à la production d’énergie à travers l’alimentation destinée aux moyens de transports d’antan (bœufs, chevaux).

Les cultures intermédiaires, qu’est-ce que c’est ?

Une culture intermédiaire est semée entre deux cultures principales.

Est dite « culture principale » toute culture destinée à être cultivée jusqu’à maturité pour être consommée comme aliment par les consommateurs ou par les animaux d’élevage.

Entre deux récoltes annuelles de cultures principales, des cultures dites « intermédiaires » peuvent être cultivées pour des raisons agro-environnementales (piéger les nitrates, préserver la matière organique des terres ou lutter contre l’érosion des sols).

Les cultures intermédiaires peuvent ensuite être valorisées en énergie, on parle alors de Cultures Intermédiaires à Vocation Energétique (CIVE). Elles n’entrent pas en concurrence avec les cultures principales à vocation alimentaire. Leur valorisation énergétique maintient leur fonction initiale grâce au retour au sol du carbone et des nutriments via l’amendement organique.

L’épandage de l’amendement issu de la méthanisation nourrit-il autant la terre que l’épandage direct des effluents d’élevage ?

Oui car l’amendement produit par méthanisation est composé de carbone humique et de nutriments (N, P,  K).

Les nutriments contenus dans la matière organique entrante ne sont pas dégradés par la méthanisation. La matière issue de la méthanisation constitue alors un bon engrais de substitution aux engrais de synthèse.

La méthanisation dégrade une partie du carbone (dit labile) de la matière organique (pour produire le gaz méthane), mais elle conserve le carbone stable (dit humique) qui retourne ainsi au sol. C’est le carbone humique qui est justement à l’origine de la formation de l’humus qui enrichit les sols.

Lors de l’épandage de lisiers ou fumiers bruts, la partie labile du carbone se dégrade naturellement en CO2 (émission à l’atmosphère). A terme, on trouve une quantité équivalente du carbone dans le sol lorsque l’on compare l’épandage direct de fumier/lisier et l’épandage d’amendement organique issu de la méthanisation de ces mêmes fumiers/lisiers.

L’amendement issu de la méthanisation est-il utilisable en terres agriculture biologique (AB) ?

Oui, l’amendement issu de la méthanisation de matières agricoles (hors élevage industriel ou boues urbaines ou ordures ménagères) est utilisable pour l’AB.

L’amendement issu de la méthanisation est d’origine organique, il peut donc être épandu sur des terres en agriculture biologique aux conditions suivantes :

  • pas de déjections provenant d’élevages dits « industriels » (porcs sur caillebotis, poules en cage)
  • absence de matières contaminées
  • vérifier avec l’organisme certificateur la compatibilité de l’amendement avec l’agriculture biologique

De plus, apporté au moment adéquat, l’amendement produit par méthanisation favorise la biodisponibilité de l’azote, ce qui améliore les rendements de l’agriculture biologique.

Méthanisation et cadre de vie

La méthanisation va-t-elle générer de mauvaises odeurs ?

En amont, une bonne logistique de la matière organique à valoriser permet d’éviter le risque d’odeurs. Après méthanisation, la matière résiduelle est quasiment inodore.

De par leur nature, les matières à valoriser peuvent sentir car composées en outre de carbone volatile.

Des odeurs peuvent exister au moment de leur déchargement et manipulation en amont de leur méthanisation. De nombreuses précautions sont prises pour éviter ce risque (transport des matières en camions bâchés, stockage dans des hangars fermés voire ventilés).

Après méthanisation, l’amendement organique qui sera épandu est quasiment inodore, par rapport au fumier/lisier bruts, car la partie de la matière organique responsable des mauvaises odeurs a été dégradée.

Les projets soutenus par Co’meth 47 seront dimensionnés pour dégrader au maximum la matière entrante afin que la matière résiduelle (amendement organique) ne continue pas de se dégrader à l’air libre une fois épandue (dégageant alors des composés odorants).

La méthanisation agricole va-t-elle engendrer une hausse du trafic de camions ?

La méthanisation aide à optimiser les transports : les effluents d’élevage et autres matières, qui sont transportés et valorisés, sont produits localement

La matière organique agricole (effluents d’élevage par exemple) fait déjà l’objet de transport pour l’épandage dans les champs. La méthanisation peut modifier les trajets. La circulation des matières va converger vers et depuis le site de méthanisation.

Ces flux se substituent partiellement à ceux existant auparavant, le nombre de rotations journalières dépend du volume traité. Pour comprendre l’impact de ce changement sur les routes le porteur du projet peut chiffrer les passages moyens et maximum sur les routes concernées.

Existe-t-il des risques d’explosion et d’incendie ?

La mise en place de mesures obligatoires et équipements de prévention réduisent au maximum les risques, une surveillance stricte est mise en place.

En fonctionnement normal, la présence de méthane ne crée pas de risque d’explosion sur le site d’une unité de méthanisation. Le risque existe uniquement dans les espaces confinés, en présence d’une flamme et d’oxygène, dans certaines conditions. Des zones ATEX sont définies et des précautions prises par la réglementation. La faible pression et la faible quantité du gaz sur le site réduisent d’autant les risques :

  • Le gaz est envoyé en continu sur le réseau de gaz et n’est pas stocké sur site
  • La quantité de gaz sur site correspond à celle contenue dans une cuve de propane pour une maison individuelle

Méthanisation et impact climatique

Si la consommation de biométhane émet du CO2, en quoi la méthanisation réduit-elle l’effet de serre ?

Le CO2 émis par l’utilisation du biométhane est du CO2 qui avait été préalablement capté pour former la matière organique.

L’utilisation (combustion) du biométhane émet du CO2, gaz à effet de serre. Toutefois, ce CO2 avait été capté dans l’atmosphère par la production de la matière organique (via la photosynthèse). L’utilisation du biométhane s’inscrit donc dans un cycle court du CO2, et a un effet neutre sur les gaz à effet de serre de l’atmosphère. A l’inverse, l’utilisation des énergies fossiles (fioul, gaz, charbon) émet du CO2 qui était stocké sous terre depuis des millions d’années, libérant alors un surplus de CO2 dans l’atmosphère, responsable de l’effet de serre et du changement climatique.

De plus, la valorisation énergétique de la matière organique permet d’éviter les émissions de méthane (gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2) dans l’atmosphère qu’aurait généré la décomposition à l’air libre de la matière organique.